Propriété et droits de l'abbaye de Thorn dans les premières années de son existence

‍Medemblik, "Lower Maasland" et "Friesland".

Ansfried, en collaboration avec son épouse Hereswind (Hilsondis), fonda une abbaye à Thorn dans le dernier quart du Xe siècle. Benedicta, la fille des fondateurs, en devint la première abbesse. Des donations de biens fonciers et de divers droits ont permis au monastère d'avoir une existence (économique) solide. 

Dans l'acquisition et la cession de biens et de droits par l'abbaye, Notger, l'évêque de Liège, joue un rôle important dans les premières années de son existence. Il apparaît en 985 comme "bénéficiaire" d'une cession de l'important comté de Huy par le tout jeune roi romain Otto III. Fait remarquable, Ansfried y avait renoncé peu de temps auparavant. La même année, en échange ( ?), le susnommé acquiert des biens à Medemblik, dans le "Lower Maasland" et dans le "Friesland". Il s'agissait d'une donation d'Otto III, à laquelle participait également Notger (charte n° 2). 

Plus tard, dans une charte de 1292, nous trouvons les biens "hollandais-frisons" comme propriété de l'abbaye de Thorn et ils sont confirmés en cette qualité par le roi romain Adolf (charte n° 61). On ne sait cependant rien, ni à cette époque ni plus tard, des biens de l'abbaye en "Hollande". On peut se demander si un texte ancien n'a pas été copié sans discernement.

"Britte", Ophemert et Kerk-Avezaath

Dans une charte de 1007, le nom de l'évêque de Liège apparaît à nouveau. Notger confirme une donation antérieure à l'abbaye des églises de "Britte" (Bree ou Beek ?), Ophemert et Kerk-Avezaath. Le roi allemand Hendrik II est également impliqué dans cette affaire. Hendrik II accorda également à l'abbaye des droits de marché et de péage ainsi que le "districtum" (charte n° 4). Il s'agissait de "droits royaux", ce qui signifiait que l'abbaye recevait des pouvoirs légaux, non seulement pour organiser un marché, mais aussi pour garantir la "paix du marché" et prélever une "taxe" sur les marchandises échangées. La même année que les biens "hollandais-frisons", c'est-à-dire en 1292, les biens et droits de l'abbaye concernant les églises de "Britte", Ophemert et Kerk-Avezaath furent également confirmés par le roi romain Adolphe (charte n° 62). La même reconnaissance royale s'appliquait également aux droits de marché et de péage ainsi qu'au "districtum".

Marchandises dans le Brabant occidental

Si de nombreux biens et droits acquis par l'abbaye à ses débuts peuvent être facilement retracés, ce n'est pas le cas de ses vastes propriétés foncières dans le Brabant occidental (situées près de Breda). La question de l'origine nous amène à la charte de fondation de 992 (charte n° 3). Bien qu'il s'agisse incontestablement d'un faux datant de la fin du XVIe siècle, il s'agit en fait d'un véritable récit de l'acquisition des anciennes possessions dans "l'extrême ouest".

La charte parle de la fondation de l'abbaye comme d'une "œuvre commune" des époux Ansfried et Hilsondis (ou Hereswind). Cette dernière ne s'est pas privée d'apporter des biens et des droits provenant de ses propres propriétés. Ils sont énumérés un par un : la Mariakerk à Strijen, Geertruidenberg, la "villa" Gilze, la "villa" Baarle avec l'autel de St Remigius qu'elle a fondé, le "castellum" Sprundelheim avec ses accessoires, un bois "entre les deux Marches" et en outre tous les droits de péage, de moulin, de cijns, de route et de voie d'eau, qu'elle et ses parents possédaient. Il est établi que dès le début du XIIIe siècle, l'abbaye possédait un curtis et d'autres biens à Gilze, qu'elle possédait de vastes terres et des dîmes et ciens à Baarle et qu'elle avait des dîmes et des ciens ainsi que d'autres droits à Ginniken, Princenhage, Breda, Bavel, Meersel, Meerle, Meer, Etten, Leur, Sprundel, Alphen, Ulicoten, Rijen, Oosterhout, Wouw, Drimmelen, Ulvenhout, Chaam et Galder.

Une base solide

Notons qu'à ses débuts, l'abbaye de Thorn était dotée d'un vaste arsenal de biens et de droits. Cela a très vite constitué une base qui a permis de maintenir l'abbaye à flot sur le plan économique. 

partenaires

donateurs

La Famille Beijer
2023 WaarvanAkte.eu, une initiative de Stichting Limburgse Oorkonden
Créé par Hive Collective