Développement de la position économique de l'abbaye de Thorn au XIIIe siècle

‍Toughtimes for Thorn abbey (en anglais)

Dès le Xe siècle, l'abbaye de Thorn a obtenu des droits dans la région dont elle pouvait tirer des revenus. Elle a également acquis des biens en divers endroits de la quasi-totalité du territoire néerlandais : notamment dans l'ancien grand comté de Frise, dans le Tielerwaard, ainsi que dans l'actuel Beek belge (près de Bree). Dès le début du 13e siècle, elle possédait également des dîmes (un dixième des rendements agricoles), des cijnzen et d'autres revenus dans diverses régions du Brabant occidental, autour de Breda.

À l'aide de chartes du 13e siècle, il brosse un tableau de la manière dont l'abbaye, en tant que seigneur du royaume, tirait ses revenus de la vente ou de la location de biens et de dîmes. Il montre que pendant une grande partie du XIIIe siècle, sous le règne de l'abbesse Hildegonde de Borne, l'abbaye a lutté pour survivre économiquement.

Situation précaire des chanoines et des sœurs du couvent de Thorner

L'abbaye tire d'importants revenus de la vente ou de la location des dîmes et des biens appartenant à l'abbaye. Comme l'abbaye était très endettée au début du 13e siècle, elle a dû utiliser les dîmes pour rembourser ses dettes. Les dîmes des cours des environs de Breda en font également partie. Des droits accessoires sur les revenus sont acquis dans l'actuel Limbourg à Neer, Grathem, Eisden (belge) et Neeroeteren (charte n° 8). Plus tard, les revenus annuels des cours de Baarle et de Gilze doivent être vendus au seigneur de Breda (charte n° 11). Les dîmes sont également affermées à des tiers moyennant certaines redevances, comme en 1237, lorsque les dîmes d'Ophemert et les revenus de l'église de Kerk-Avezaath sont affermés à l'abbaye Saint-Paul d'Utrecht "pour toujours" moyennant une redevance fixe (chartes n° 10 et 29). 

En octobre 1262 encore, il est fait mention des "pauvres chanoines et sœurs du couvent de Thorn", ce qui nécessite l'utilisation des dîmes de l'église de Baarle pour compléter leurs prébendes (charte n° 17). 

L'abbaye sort de la vallée

A la fin du 13e siècle, sous l'abbesse Guda de Rennenberg, les ressources financières disponibles sont apparemment suffisantes pour (ré)acheter des biens et des droits qui avaient été vendus ou loués auparavant dans le but d'obtenir des revenus, y compris pour payer des dettes. Ainsi, en avril 1277, l'abbaye rachète au seigneur de Breda la part de l'accise annuelle qu'elle avait vendue auparavant (chartes n° 40 et 41). 

On peut en conclure que l'abbesse et le couvent de Thorn avaient alors surmonté des difficultés financières. Les documents ultérieurs montrent que l'abbaye a connu une période plus favorable sur le plan économique.

partenaires

donateurs

La Famille Beijer
2023 WaarvanAkte.eu, une initiative de Stichting Limburgse Oorkonden
Créé par Hive Collective