Problèmes avec les seigneurs de Horne (bref)

La tutelle : une menace au lieu d'une protection‍

La tutelle d'une abbaye impliquait que les souverains séculiers assumaient la protection d'une telle institution religieuse. C'est le contraire qui s'est produit lorsque, au cours de l'année 1314, le tuteur Gérard Ier, seigneur de Horne, a commis des violences contre les personnes et les biens de l'abbaye de Thorn dans le pays de Thorn. Il s'agit du meurtre de Gerlach van Ubach, ancien chanoine de Geertruidenberg, et de blessures graves infligées à Arnold de Thorn, serviteur à la cour de l'abbesse. À l'époque, ce Gérard s'était approprié des terres communales en violation du droit foncier. En bref : au lieu de protéger le Pays de Thorn, ce "seigneur" représentait une menace pour les habitants de l'abbaye et les gens du Pays. Ce qui a précédé et ce qui a suivi?‍

Un accord libérateur‍

En 1282, l'abbesse Guda de Rennenberg conclut un accord avec Willem II de Horne et son fils aîné Willem III, par lequel l'abbaye rachète les lits (prélèvements) au seigneur de Horne (charte n° 47). Auparavant, des problèmes s'étaient posés au sujet de la collecte de ces mendiants, sur lesquels des arbitres avaient dû se prononcer (charte n° 39). Le fils cadet Gérard entre en possession de la terre de Horne après la mort de son père et de son frère aîné. Mécontent de la vente des droits sur l'abbaye, il tente par tous les moyens de les récupérer. Pour ce faire, il n'hésite pas à recourir à la violence. Il s'ensuivit des années de conflits entre ces parties, au cours desquelles l'aide de l'autorité ecclésiastique supérieure fut sollicitée.‍

Des mesures dans un domaine en pleine expansion‍

Le 11 juillet 1314, à la demande de l'abbesse de Thorn, Marguerite de Petersheim, l'official de Liège, en tant que chef du tribunal ecclésiastique, prononce l'interdit ecclésiastique à l'encontre de Gérard Ier de Horne. Comme Gérard n'a guère tenu compte de ces mesures, l'official décide, un mois plus tard, de promulguer et de renforcer l'interdiction pour la deuxième fois. Comme cela ne suffisait toujours pas, de nouvelles mesures plus sévères ont été prises en décembre de la même année et ont été appliquées dans une zone plus étendue. Après l'intervention du pape Jean XXII, Gérard tire sa révérence après six ans de vols.

La paix?‍

Le 30 juillet 1320, la paix est conclue par les deux parties dans le cimetière d'Elen. Gérard promet alors de fournir toutes les compensations nécessaires en raison des meurtres et des mutilations. Il remboursera toutes les sommes perçues illégalement aux habitants du Pays de l'Epine et rendra les terres qu'il a acquises illégalement à leurs propriétaires légitimes. Le 5 août 1320, Adolf van der Mark, évêque de Liège, approuve le traité de paix. Mais cette histoire peu glorieuse ne s'arrête pas là.

partenaires

donateurs

La Famille Beijer
2023 WaarvanAkte.eu, une initiative de Stichting Limburgse Oorkonden
Créé par Hive Collective